La mort n’impose aucune limite

DOMAINES PARAPSYCHO-SCIENTIFIQUES Publications choisies de domaines différents de la recherche psycho-scientifique Editeur: Rolf Linnemann (Dipl.-Ing) * Steinweg 3b * 32108 Bad Salzuflen * Telefon: 05222-6558 Internet : http://www.psychowissenschaften.de émail : RoLi@psygrenz.de _____________________________________________________________________________ Extraits des procès-verbaux de Menetekel des années 1956 à 1975. Sujet: La mort n’impose aucune limite Auteur des questions: Medialer Friedenskreis Berlin / Cercle Médiumnique de la Paix de Berlin Mediums: Uwe Speer (17) et Monika-Manuela Speer (15) MESSAGERS DE LA LUMIÈRE: ELIAS, ARGUN, AREDOS Le texte sur ce sujet a été reçu par le Cercle Médiumnique de la Paix de Berlin, une communauté chrétienne / spiritualiste, pendant les années 1956 – 1975, par voie médiumnique. Les messages font partie du Menetekel, une collection de procès-verbaux vieille de 20 ans comprenant plus de 4 500 pages A4, qui a été restructurée. Tous les textes ont été laissés dans leur originalité. Le travail des deux médiums d'écriture, Monika-Manuela Speer et Uwe Speer, a commencé à l'âge de 15 et 17 ans respectivement. La totalité du travail du MFK Berlin est l'un des points forts absolus de la recherche paranormale. La reproduction des nouvelles compilations est souhaitée et n'est soumise à aucune restriction. Avant propos de l’éditeur La mort est le problème le plus important pour nous, les humains. La façon dont il est résolu détermine la façon dont nous vivons notre vie, et donc aussi la façon dont nous façonnons nos conditions sociales. Celles-ci n'auraient pas été aussi déformées si l'humanité savait plus sur la mort et se préparait de façon plus unitaire à l'au-delà. Si la mort n'est qu'un procès lors duquel le corps rend l’âme, il n'y a aucune raison pour une telle préparation, mais seulement pour la résignation. Si la mort est une désincarnation de l'âme, elle apparaît comme un phénomène naturel dont on ne sait pas si son absurdité ou sa cruauté est plus grande. Mais si notre existence n'est pas enfermée entre la naissance et la mort, mais une continuation au- delà de la tombe, cela serait également incompréhensible, car une âme qui a commencé en même temps que le corps ne peut pas être immortelle. Une éternité n'a pas de commencement. Notre immortalité n'est concevable que si l'existence a une extension au-delà du berceau, c'est-à-dire en relation avec une préexistence.

RkJQdWJsaXNoZXIy MjI1MzY3